Dojo de Sept-Îles, 2020

Transformation d'une piscine municipale en dojo  
  • Firme responsable : BGLA

  • Équipe: Caroline Girard, Christine Girard, France Dion, Marie Bourdeau et Benoit Lavoie

  • Coût de la réalisation: 2,1 M$

  • Échéancier: 03/2019 – 09/2020

  • Client: Ville de Sept-Îles

MANDAT

Le projet du Dojo de Sept-Îles consistait à transformer l’ancienne piscine municipale en Dojo afin de répondre aux besoins d’espaces de l’Académie de Judo de Sept-Îles (incluant deux surfaces de combat réglementaires) et de mieux refléter la mission de cet art par la mise en valeur du lieu.

Le concept architectural se définit par l’épuration de l’espace existant, mettant en valeur le grand volume par la démolition des éléments superflus. Le bois et la structure d’acier se côtoient harmonieusement au sein de ce grand espace.

Le Dojo se divise en 3 zones différentes :

Le hall accueillant les athlètes et les spectateurs; c’est le lien de transition entre le Centre Socio récréatif et le Dojo, où tous doivent retirer leurs chaussures pour pénétrer dans la zone où celles-ci ne sont pas permises (l’espace sacré).

L’aire de combat constituant l’espace principal du Dojo, considéré comme principal lieu de rassemblement.

La zone d’entrainement comprenant le bureau de l’entraineur, mais également la salle d’entrainement (équipements de musculation) à aire ouverte avec la zone de combat où les échanges informels seront au cœur de l’action.

APPROCHE CONCEPTUELLE

L’architecture proposée traite ces zones de façon distincte et franche.  Le hall et l’aire de combat se retrouvent au cœur du cocon, afin que l’utilisateur se sente enveloppé par toute la chaleur que procure le bois. Favorisant un cadre optimal d’épanouissement et une forme de sentiment de bien-être, le nouvel espace représente un juste équilibre entre une atmosphère productive et une atmosphère de détente.  Tout en contraste, la zone d’entrainement située à l’extrémité du Dojo est délimitée par l’utilisation du noir (au plancher, au mur et au plafond).  Cette intégration amène une touche d’élégance, de simplicité, de sobriété et un certain signe de rigueur.

 

Le choix de matériaux, simples et épurés, ainsi que la présence du bois se sont imposés d’emblée afin de créer un espace zen où les judokas pourront se concentrer sur leur art.  Le principal défi rencontré fut de réaliser une construction incombustible, selon le code du bâtiment, tout en mettant de l’avant le bois. Il fallait ainsi faire preuve d’innovation et créer un tout nouveau produit, composé de différents éléments afin d’obtenir le résultat final recherché. Ce projet est aujourd’hui cité comme étant l’un des plus beaux Dojos au Canada!

 

press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom
press to zoom

Crédits photos: Optik 360