Centre d'accueil et de découverte Cap-des-Rosiers, 2020

Réaménagement et agrandissement d'un pavillon du Parc Forillon
  • Firme responsable : BGLA

  • Équipe: Stéphan Gilbert, Pierre André Lévesque, François Loranger-Audet, Marilie Perron, Pascal Drolet, Marie-Josée Maheux et Stéphanie Michaud 

  • Coût de la réalisation: 5,8 M$

  • Superficie: 488 m2 (réaménagement) / 245 m2 (agrandissement)

  • Échéancier: 07/2017 - 02/2019

  • Client: Parcs Canada

 

DESCRIPTION DU PROJET 

Réalisé en collaboration avec SNC-Lavalin, Option Aménagement, Groupe DES et Cultura, le projet consistait en la réfection et l’agrandissement du centre d’interprétation de Cap-des-Rosiers au Parc Forillon. 

Une inspection visuelle a d’abord été réalisée afin de bien documenter l’état du bâtiment existant et de cibler les interventions minimalement requises pour en assurer la pérennité. Le mandat s’est poursuivi par un processus de conception intégrée dirigé par la firme, dans le but de mettre à profit tous les intervenants au projet et aboutir sur une réflexion conceptuelle qui permette de concilier les exigences du programme en termes d’espaces et de besoins muséographiques.

 

Deux ébauches conceptuelles ont été développées en parallèle puis comparées. Une fois le choix effectué, le mandat s’est échelonné selon les étapes suivantes : raffinement du concept retenu, plans et devis préliminaires, plans et devis pour soumission, estimation et analyse de la valeur, support durant l’appel d’offres puis surveillance de chantier. 

PARTI ARCHITECTURAL

Le concept architectural est basé sur le thème de la traversée. Il se traduit formellement par l’insertion d’un volume linéaire venant relier le côté TERRE et le côté MER, et ce en traversant le bâtiment existant.

Le visiteur est donc, dès son entrée dans le bâtiment, orienté dans un axe lui offrant une percée visuelle vers la mer et le large, alors que les salles d’exposition sont aménagées dans les volumes existants, plus amples, de part et d'autre.

Les interventions sur le bâtiment d’origine sont discrètes; une nouvelle peinture gris foncé permet de mettre en valeur les volumes sculpturaux et d’en atténuer les irrégularités. Le nouveau volume linéaire, quant à lui, est généreusement fenêtré et revêtu d’un parement de bois blond venant le rehausser. Les finis intérieurs se veulent délibérément sobres afin de mettre en valeur les éléments expographiques plus colorés.


Crédits photos: François Loranger-Audet